Communication numérique
- 105 hits -

En savoir plus sur le tourisme alternatif

D’un côté, il y a le tourisme de masse et d’un autre le tourisme alternatif. Le tourisme alternatif c’est quoi ? Si vous aussi, vous ignorez ce que c’est que le tourisme alternatif, cet article vous propose des informations là-dessus.

Le tourisme alternatif

Qu’est-ce que le tourisme alternatif ?

Comme son nom l’indique, le tourisme alternatif est une alternative au tourisme de masse. Le tourisme de masse, en quête de rentabilité, est souvent mauvais pour les régions visitées. Ce tourisme renferme toutes les alternatives possibles au tourisme traditionnel dont le tourisme rural ou le tourisme rural. Le tourisme alternatif revêt donc différentes formes (nous allons aborder celles-ci dans le paragraphe plus bas) et celles-ci sont régies par des chartes et des codes de conduite durant le Somment de la Terre à Rio en 1992. Ces différentes alternatives au tourisme classique visent le même objectif, c’est de réduire les conséquences négatives du tourisme de masse sur les zones visitées. Quand on parle d’impact, on parle bien sûr des conséquences économiques, environnementales et sans oublier sociales. Il ne s’agit pas uniquement des conséquences actuelles mais aussi de celles du futur.

On peut aussi dire que le tourisme alternatif a pour but la préservation de tous les éléments formant l’identité d’un pays à savoir son histoire ou son environnement. Pour ce faire, il faut recourir à une approche plus écologique et autres solutions permettant de renforcer le développement durable dans les zones visitées. L’objectif est de faire la promotion de modes de voyage qui ne seraient pas nocifs pour l’environnement naturel et culturel de ces régions visitées.

autour du tourisme

Les différentes formes de tourisme alternatif

Comme on a vu plus haut, le tourisme alternatif revêt différentes formes dont voici :

  • Le tourisme durable : englobe l’ensemble des déclinaisons du tourisme alternatif visant à préserver et valoriser les éléments d’identité des régions visitées (richesses naturelles, culturelles et sociales).
  • Le tourisme rural : comme son nom l’indique, il se pratique dans les milieux ruraux, principalement auprès des agriculteurs. On parle d’ailleurs d’agritourisme ou encore d’agrotourisme. Ce type de tourisme alternatif peut aussi se pratiquer auprès des viticulteurs ou autres catégories de la population locale.
  • Le tourisme responsable : tout ce qui est tourisme alternatif conscient des impacts négatifs du tourisme (tourisme participatif, équitable ou durable).
  • L’écotourisme : ou le tourisme vert se concentre sur la découverte et la conservation de la nature. Il assure aussi la conservation de la biodiversité et des différents écosystèmes.
  • Le tourisme équitable : se base sur les mêmes principes du commerce équitable. Grâce à cette forme de tourisme alternatif, les communautés locales ont la chance de profiter d’une part équitable des revenus qui relèvent de cette pratique. En gros, les revenus générés doivent être perçus localement.
  • Le tourisme social : rendre les loisirs plus accessibles à la majorité notamment les handicapés et toute personne dépendante. Dans le tourisme social, on entend aussi parler d’aides financières et de chèques-vacances.
  • Le tourisme participatif : permet de renforcer les relations entre les voyageurs et les hôtes. L’hospitalité est mise en avant.
  • Le tourisme solidaire : allie tourisme responsable et équitable. Il est généralement lié à des projets de solidarité.

En gros, toutes ces formes de tourisme alternatif se basent sur le principe d’équité afin que la population des régions visitées puisse profiter des bénéfices générés. Elles doivent d’ailleurs servir d’outil de développement durable et renforcer les échanges entre les voyageurs et la population locale. Le plus important est qu’elles limitent les conséquences négatives lié au tourisme, surtout ceux qui touchent l’homme et l’environnement.

Vous avez l'envie d'apposer votre opinion, postez votre commentaire sur notre chronique !